logo

 



Alfta

Il y a mille ans, Alfta était déjà une agglomération paysanne bien établie. Rares sont les récits du moyen-âge concernant le Hälsingland de l'ancien temps, mais une saga islandaise datée de 1178 mentionne que le roi norvégien Sverre Sigurdsson a traversé la région en direction de la Norvège. À Alfta, il s'est heurté à une troupe de paysans qui refusaient de le laisser passer avec ses hommes. Il ressort de ce récit que le village d'Alfta était alors christianisé.

 

L'église la plus ancienne remonte au XIIIe siècle et elle est décrite par Olof Broman dans son œuvre " Glysisvallur " (le pays de lumière ". Alfta a été baptisée le grenier du Hälsingland et versait, au XVIIe siècle, plus d'impôts par tête de bétail que tous les autres hameaux du Hälsingland. Le village s'étendait sur toute la fertile vallée de la rivière Voxnan. Un remembrement a été effectué en 1636

 

Alfta vu du clocher en 1878, avec la ferme de Nygårds au premier plan.

Alfta vu du clocher en 1878, avec la ferme de Nygårds au premier plan.
Photo A. Larsson, Rättvik

 

Pourquoi si grand ?

De mémoire d'homme, les paysans du Hälsingland étaient la classe dominante de la société. Les nobles n'existaient pas, les paysans possédaient leur terre et avaient le pouvoir dans leur ferme, dans leur village et dans leur commune. En tant que groupe, les paysans et leurs familles se tenaient les coudes. Les fermes étaient transmises en héritage et, autant qu'il était possible, les filles de paysans étaient mariées dans les fermes ou villages voisins. On peut souvent suivre les lignées jusqu'au XVIe siècle, comme en témoigne l'arbre généalogique affiché dans de nombreuses fermes.

 

C'est par leurs bâtiments que les paysans démontrent leur puissance. Vers 1850, le chemin de fer et l'industrialisation transforment la société. De nouveaux groupes de gens se font jour, eux aussi avides de pouvoir. Les anciennes structures sont battues en brèche. C'est dans cette situation que les paysans du Hälsingland édifient leurs plus grands bâtiments. Ces constructions sont poussées à l'extrême dans la vallée de la Voxnan.

 

Dans la commune d'Alfta, certains des bâtiments principaux font jusqu'à 400 mètres carrés de surface habitable et d'autant plus grandes sont les surfaces non meublées sur la moitié des étages supérieurs ou sur la totalité des combles. La construction était alors l'investissement le plus évident pour conserver une domination archaïque dans la société paysanne, écrit Fredric Bedoire, professeur d'histoire de l'architecture. C'est un héritage culturel inestimable que les paysans du Hälsingland ont laissé à la postérité.

 

Le grand incendie d'Alfta, en 1793. Illustration de Carl Boman
Le grand incendie d'Alfta, en 1793
Illustration de Carl Boman

 

Le grand incendie de 1793

Il y a encore plus longtemps, la plupart des fermes du village étaient serrées autour de l'église, mais tout a changé un jour de mai 1793, quand un incendie a éclaté. Le feu a détruit pas moins de 222 bâtiments. Il a ravagé l'église, le presbytère, le tribunal, l'auberge, la ferme du commandant et 16 grandes fermes près du village paroissial. Ce qui a mis à la rue 183 personnes. À quelques exceptions près, l'incendie a frappé les fermes les plus grosses et les plus prospères.

 

Une paysanne d'un village voisin a été citée en justice pour avoir dit que le feu était le châtiment des paysans pour leur " orgueil démesuré ". Le feu s'était arrêté juste à côté de Åsabäcken, demeure d'un paysan pieux, Per-Sjuls, et sa ferme ainsi que celles du village paroissial Est ont été épargnées. C'est pourquoi c'est justement dans l'Est du village paroissial que se trouvent les restes les plus anciens, ainsi que près des fermes Per-Ols, Hansers, Jonknuts, Ol-Mårs et Skindra.

 

Le palais central de Jonas Holm. Photo Agnes Andersson
Le palais central de Jonas Holm
Photo Agnes Andersson
 

Le village paroissial et le village d'Alfta

À Alfta, l'église, le presbytère l'école et le quartier de la gare sont très proches les uns des autres, et il est rare de trouver des ornementations de bois aussi riches qu'ici. Ce village est considéré comme le mieux conservé de cette sorte.

 

Après le grand incendie de 1793, le village a été rapidement reconstruit. Un nouveau presbytère était déjà en place l'année suivante et, quelques années plus tard, la reconstruction de l'église était terminée. De 1850 environ à 1900, l'agglomération d'Alfta s'est fortement développée.

 

Près de l'église et le long de la Långgatan, il reste encore beaucoup de bâtiments de la fin du siècle dernier conservés et bien entretenus. La magnifique auberge des années 1870, face à l'église, présente des architectures par panneaux et des vérandas vitrées d'avant-garde pour l'époque.

 

L'homme qui joua un grand rôle dans la plupart de ces constructions était le menuisier et maître d'œuvre Jonas Holm. Originaire de Bollnäs, il se maria et s'installa à Alfta en 1887. La forte expansion de cette région lui convenait et lors de tout évènement, Jonas Holm y était impliqué.

 

La chaire de l'église d'Alfta        Détails de la décoration somptueuse
        Détails de la décoration somptueuse
        de la chaire
        Détails de la décoration somptueuse
La chaire de l'église d'Alfta
Photos Lars Lööv
 

La chaire, source d'inspiration

L'église a été reconstruite après le grand incendie. L'auteur des plans et de la chaire aux magnifiques ornementations est l'architecte du surintendant de Stockholm, Axel Almfeldt. À l'arrière, timidement insérés, se trouvent les noms des deux habiles menuisiers très actifs de la région, Olof Brunk et Pehr Tulpan et l'année 1815. Brunk et Tulpan avaient reçu mission de sculpter la chaire. Cela les a inspirés par la suite de leur carrière. Les perrons couverts et les menuiseries furent décorés de motifs provenant de cette chaire. Il en reste encore d'innombrables exemples dans la région. La rosace d'Alfta, avec ses feuilles piquetées, est devenue le symbole entre tous de ce canton. Elle est encore utilisée pour décorer les boiseries, les bijoux et d'autres choses.

 

L'école paroissiale

L 'école paroissiale d'Alfta
C'est l'école paroissiale d'Alfta qui a inspiré le
magnifique perron de la ferme Jon-Lars , à Långhed.
Photo Ingalill Tengvall

 

À côté de l'église se trouve l'école paroissiale, de 1847. C'était le menuisier et propriétaire terrien Hans Brunk, de Näsbyn qui dirigeait le travail, lui-même fils du maître menuisier Olof Brunk, qui avait sculpté la chaire 30 ans auparavant. C'est lui qui a dessiné à son goût le perron couvert avec ses deux colonnes. Les élégantes colonnes sont encore là et témoignent du sens des proportions de Brunk. La porte à deux battants et l'entrée ont inspiré le magnifique perron de la ferme Jon-Lars, à Långhed.

 

Hans Brunk fut l'un des nombreux habitants de la paroisse d'Alfta qui suivirent en Amérique le prédicateur Erik Jansson. Cette histoire précoce de l'immigration qui a fortement marqué le village d'Alfta, est évoquée au musée de l'émigration, près de la ferme Ol-Anders.

La ferme Ol-Anders se trouve au bord de la route nationale 50, dans le village paroissial Est, à Alfta. La ferme se trouvait auparavant près de l'église, mais elle a été transférée à sa place actuelle après le grand incendie de 1793. Cette ferme est la porte d'entrée de la Grande route des fermes du Hälsingland.

Lien >>

 

Une profusion de menuiseries et de peintures

Dans ces villages et campagnes de la paroisse d'Alfta, il existe d'innombrables exemples d'un luxe de menuiseries et de peintures des environs de 1850. On les trouve dans les poutres dépassant des toits, les encadrements de fenêtres, les perrons couverts, les porches, les portes, les intérieurs et les meubles. C'est à Näsbyn que se trouve la ferme de Brunkes, d'où était originaire le maître menuisier et charron communal, Olof Brunk, celui qui a sculpté la chaire.


Peinture et papier peint sur les murs d'une ancienne ferme du Hälsingland  Peinture et papier peint sur les murs d'une ancienne ferme du Hälsingland

Peinture et papier peint sur les murs d'une ancienne ferme du Hälsingland
Photos Lars Lööv
                                                        

Très tôt, les paysans du Hälsingland avaient l'habitude de décorer les murs de leurs chambres et de leurs salles de peintures murales, de tissus et de papier. Vers la fin du XVIIIe siècle, ce furent souvent des peintres venant de Dalécarlie qui venaient décorer, puis ils ont monopolisé au XIXe siècle presque toutes les peintures murales du Hälsingland, avec de belles couleurs et des figurines vivantes, de grands châteaux et des arbres flottants. Nygårds Erik Andersson était l'un deux, originaire du village de Gulleråsen, à Rättvik.

 

Il nous a laissé son autoportrait à la ferme d'Ol-Anders, modestement accolé à la cheminée. Le peintre de Rättvik Svärds Hans Ersson était un autre peintre productif qui travaillait dans ces régions. Les grappes de raisin sur des colonnes pour encadrer des panneaux décorés sont fréquentes dans les fermes. L'un des nombreux peintres anonymes du village est le Peintre Bleu. Le riche patrimoine pictural des communes d'Alfta et Ovanåker a été inventorié et documenté.

 

 

Texte Ingalill Tengvall

 

www.storahalsingegardarsvag.seKontakt                                                                             EU-flaggaEuropeiskajordbruksfondenengelskafaerg2.jpg   Leader